DOSSIER

Guerres chez les Amérindiens

Les Amérindiens craignaient, mais faisaient la guerre, qui n'était avant l'arrivée des Européens, qu'une guérilla endémique menée le plus souvent par de petits groupes composés de 5 à 15 jeunes. Pourquoi, comment et avec quelles armes les Amérindiens faisaient-ils la guerre? Nous tenterons de répondre en partie à ces questions dans ce présent travail. Nous diviserons ce travail en trois parties. Il sera d'abord question de pourquoi les Amérindiens faisaient la guerre. Ensuite de comment ils la faisaient et finalement de quelles armes ils utilisaient.

 

Pourquoi les Amérindiens faisaient-ils la guerre?

Chaque tribu cherchait à se faire valoir, à être reconnue par les autres comme brave, forte, féroce et supérieure. Avant l'arrivée des Européens, les guerres étaient souvent des guerres de vengeance où les guerriers allaient chercher du prestige et du renom en exposant leur bravoure et leur témérité ou en vengeant leur famille. Le scalp était une preuve irréfutable de leur victoire. Ce trophée était porté à la ceinture; plus un guerrier en possédait, plus il était brave. Un scalp était la chevelure d'un ennemi, et était prélevé après avoir fait une incision autour du cuir chevelu. Les Amérindiens d'une même tribu se confrontaient entre eux, aux autres tribus et plus tard, aux Européens. Mais ce n'est pas la même chose pour les Iroquois. Après que les cinq tribus Iroquoises se soient affrontées jusqu'au 15e siècle, un homme partit convaincre les tribus d'unir leur force au lieu de se combattre. L'union faisant la force, les Iroquois ne tardèrent pas à dominer et à éliminer tous leurs voisins, dont les puissants Hurons qui pourtant avaient des bourgades ayant une population de plus de 30 000 âmes. Les survivants Hurons prirent la fuite vers leurs alliés Français à Québec ou vers l'Ouest, autour des Grands Lacs.

 

Les alliances avec les Européens

Le monde des Amérindiens était un monde d'alliance plus ou moins fragiles, d'oppositions durables et culturellement héréditaires. Ils jouèrent un rôle déterminant dans la guerre franco-anglaise, certains aux côtés des Anglais tels que les Iroquois, qui jusqu'à la fin du 17e siècle, participèrent à tous les conflits aux côtés des Anglais. D'autres aux côtés des Français, tels que les Algonkins qui furent leurs alliés dès leur rencontre avec Champlain en 1603. Les Ottawas, alliés des Français, refusèrent l'autorité anglaise et poursuivirent la lutte contre les Anglais. Les MicMac, alliés des Français, retardèrent l'implantation anglaise en Nouvelle-Écosse et au Nouveau-Brunswick. Les Abénakis, alliés des Français, menèrent une guerre intense contre les Anglais. Les Hurons, alliés des Français, attaquèrent eux aussi les Anglais; leur ennemi iroquois, en tirèrent prétexte pour les anéantir en 1648. Les alliés amérindiens des Français les ont beaucoup aidés pour faire des raids à l'improviste sur des villages anglais frontaliers, où ils brûlaient, rasaient, scalpaient et rançonnaient. Les colons anglais, bien que terrorisés, furent furieux et ils parvinrent à sortir les Iroquois de leur torpeur en les inondant de cadeaux et ils les lancèrent contre les établissements français. Mais les Français ne craignaient plus les Iroquois et ils envoyèrent la milice de Montréal semer la destruction au pays des Iroquois.

 

Le début de la haine des Iroquois envers les Français

Cette haine qu'avaient les Iroquois pour les Français débuta dès le tout début, alors qu'un hiver, Champlain partit avec des Hurons en expédition contre les Iroquois. Il tira des coups d'arquebuse, fut blessé d'une flèche et revint bredouille. Il en résultat une guerre entre Français et Iroquois, puissance dominante dans une région stratégique. Cette guerre dura jusqu'à la conquête de Québec par l'Angleterre. Les Iroquois essayèrent également de contrôler le commerce des fourrures dès la fin du 17e siècle.

 

Comment les Amérindiens faisaient la guerre

Les Amérindiens attaquaient le plus souvent en raids dévastateurs, technique qui consistait à attaquer le village ou le camp ennemi très rapidement, à des heures souvent inhabituelles en brûlant, en pillant, en scalpant et en rasant à cur joie. Les heures où ils attaquaient, étaient pendant la nuit ou très tôt le matin, alors que les victimes dormaient d'un sommeil profond. L'un de leur raid le plus connu fût celui du massacre de Lachine qui se déroula dans la nuit du 4 au 5 août, durant un violent orage. Les Iroquois, qui étaient environ 1500, attaquèrent le fort de Lachine brûlant 56 des 77 maisons qui formaient le village, tuant 24 personnes et capturant entre 70 et 90 habitants, dont 42 qui ne sont pas revenues dans la colonie, probablement morts sous la torture en Iroquoisie. Pour les Iroquois, faire des prisonniers lors d'une guerre était essentiel. Cela permettait ainsi aux Iroquois qui avaient perdu un parent au combat de le remplacer en adoptant un prisonnier qui devenait membre de la famille. D'autres, étaient torturés pour savoir jusqu'où ils pouvaient supporter la douleur.

 

Comment apparaît l'Amérindien pour l'Européen ?

L'Amérindien apparaît pour l'Européen comme la principale menace en temps de guerre, car ils craignent cet ennemi qui surgit à l'improviste. C'est ce qui faisait de l'Amérindien un très bon guerrier et c'est surtout pour cela que les Européens essayaient de les avoir comme alliés, pour s'en servir contre les autres et pour faire la traite de fourrures.

 

Le début de la guerre entre les Iroquois et les Algonquins

Les temps de paix des Amérindiens étaient très rares, car quand les dirigeants coloniaux ne s'en servaient pas pour se harceler mutuellement, il y avait les rivalités meurtrières entre les tribus. Les rivalités entre les différentes tribus ont souvent commencé d'une façon très stupide, comme celle entre les Iroquois et les Algonquins. Voici comment cela a commencé : un hiver, six Iroquois et six Algonquins partirent à la chasse à l'élan. Les six Iroquois tuèrent beaucoup d'élans et les six Algonquins, aucun élan. Les six algonquins tuèrent alors les six Iroquois et prirent leurs élans. Ce fût le début d'une grande guerre entre ces deux tribus. Il ne faut surtout pas oublier qu'au début, les guerres entre Amérindiens n'étaient que de petites guérillas pour régler des différents. Ce n'est qu'après l'arrivée des Européens que ces petites guerres se sont transformées en grosses guerres d'extermination.

 

Maintenant, voyons un peu ce qu'ils portaient pour aller à la guerre et les armes dont ils se servaient. Avant d'aller à la guerre, les Amérindiens se peinturaient tout le corps avec de la peinture de différentes couleurs. Il y a deux raisons; la première était parce qu'ils croyaient que ça donnait des pouvoirs magiques ; la deuxième raison, c'était pour l'identification. Les plumes qu'ils portaient sur la tête représentaient, selon leur forme, divers exploits guerriers accomplis par le possesseur de ces plumes. Exemple: une plume pouvait vouloir dire qu'il a tué un ennemi, une autre pouvait dire qu'il a tué un ennemi et qu'il a pris son scalp, etc... Pour faire la guerre, les Amérindiens se servaient de différentes armes, autant pour se défendre, se battre au corps à corps ou pour tirer à distance. Il y avait le bouclier qui servait à protéger le porteur des armes des autres. Il était décoré par des dessins ornementaux et ces dessins étaient reconnus pour avoir des pouvoirs magiques. Le bouclier était fait d'une planche de bois ronde et très rigide. Il y avait aussi la massue de guerre, aussi appelée " casse-tête ", qui servait, comme son nom le dit, à casser et frapper l'ennemi. Elle avait seulement comme décoration, des petites lanières de couleurs à son bout. Elle était constituée d'un bâton avec une pierre attachée au bout. Le couteau servait au combattant comme arme au corps à corps. Il n'était pas vraiment décoré, il était seulement orné de perles. Le couteau était fait d'un bâton dans lequel on mettait, soit une pierre taillée, soit un morceau de métal. La lance pouvait être lancée à distance ou servir à embrocher plusieurs ennemis. Elle pouvait être décorée avec différentes choses comme des plumes. Elle était constituée d'une perche avec, soit une pierre taillée ou un morceau de métal. Il y avait aussi l'arc, qui servait à tirer des flèches et qui était excellent pour abattre l'ennemi à distance. L'arc n'étaient pas du tout décoré. L'arc était constitué d'un bâton tendu par un nerf. Finalement, il y avait la hache de guerre, aussi appelée " tomahawk ", qui servait comme arme de corps à corps pour trancher l'ennemi. Elle n'était pas décorée et elle était fait d'un bâton avec une lame de métal au bout.

 

Comme nous avons pu le voir , les Amérindiens se battaient d'une façon bien à eux et pas seulement par sauvagerie, mais pour acquérir du prestige, par vengeance ou pour affirmer sa suprématie. Nous avons également pu voir qu'il y a eu une certaine évolution après l'arrivée des Européens sur leurs armes et sur les motifs pour lesquels ils guerroyaient. Qu'ils se soient rangés du côté des Français ou des Anglais, les Amérindiens ont joué un rôle déterminant dans la guerre franco-anglaise et dans l'avenir de l'Amérique du Nord.